STOP EPR
Français  English  Deutsch  Espanol

   Italiano  Dutch
 

Soutenez-nous !

Faites un don en ligne
(paiement sécurisé par carte bancaire)



Nicolas Sarkozy

“Le parc de production nucléaire français est à mi-vie : il serait irresponsable vis-à-vis des générations futures de ne pas préparer son remplacement par des centrales plus performantes” Pour le candidat UMP, favorable à l’EPR, le nucléaire est clairement “l’énergie du futur”.

Sommaire :

1. Extrait paru dans Le Figaro du 18 mars 2007.

2. Extrait paru dans Libération du 16 mars 2007.

3. Extrait du Journal de l’Environnement du 22 février 2007.


1. Le Figaro du 18 mars 2007 :

Pour le candidat UMP, le nucléaire est clairement « l’énergie du futur ». Devant la Fondation Hulot, il avait estimé que « nous n’avons pas d’autre alternative propre pour fournir une énergie de masse ». Le programme législatif de l’UMP préconise d’ailleurs le maintien et le renouvellement du parc nucléaire. Autre originalité : Nicolas Sarkozy aborde la question de la transmission de cette technologie. Lors d’une conférence de presse sur la politique internationale, il a proposé à l’Algérie « avant d’autres états », un accès au nucléaire civil en échange de partenariats gaziers. Nicolas Sarkozy est enfin favorable à l’EPR.


2. Libération du 16 mars 2007 :

« Le parc de production nucléaire français est à mi-vie : il serait irresponsable vis-à-vis des générations futures de ne pas préparer son remplacement par des centrales plus performantes, produisant moins de déchets et encore plus sûres. En effet, même si l’Europe tenait en 2012 l’objectif d’avoir réduit de 8% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, elle ne serait toujours pas sur la pente de la réduction par 4 de ses émissions en 2050. Dans la plupart des pays d’Europe, et notamment en Grande-Bretagne avec l’ambitieux projet de loi récemment soumis à la concertation par Tony Blair, c’est donc le retour du nucléaire qui se prépare. Il est clair que notre génération ne relèvera ni le défi du changement climatique, ni celui de la sécurité de ses approvisionnements énergétiques, ni celui de la compétitivité de son industrie sans des efforts massifs sur les deux terrains de l’efficacité énergétique et des modes de production d’électricité écologiquement et économiquement les plus performants : renouvelables et nucléaires. Nous devons faire flèche de tous bois et sortir des postures dogmatiques ou contradictoires. »


3. Le Journal de l’Environnement du 22 février 2007

Nicolas Sarkozy souhaite atteindre le « facteur 4 », déjà promu par le gouvernement actuel, c’est-à-dire la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 (la lutte contre le changement climatique est avancée comme étant la priorité du candidat en matière d’environnement). Pour le candidat de l’UMP, il faut organiser la baisse de la consommation en utilisant la fiscalité écologique. Il reste convaincu qu’on peut atteindre cet objectif « sans renoncer au niveau de confort de nos concitoyens » et il se prononce pour le développement de l’énergie nucléaire sans évoquer la question des déchets. « Je souhaite que l’on cible les investissements sur les énergies renouvelables mais elles ne peuvent à court et moyen terme remplacer le nucléaire », explique t-il.

- Source





Les positions des candidats